LE PISSENLIT, PLANTE DU FOIE

 

Le printemps est enfin là…

Avec l’arrivée des beaux jours, c’est le moment de penser à son foie, émonctoire sans doute le plus important, car le plus sollicité de notre organisme. Rappelons que dans l’organisme les émonctoires sont des voies d’élimination des déchets.

On dénombre plus de 100 fonctions au foie dont voici les plus importantes :

–      Il filtre et élimine l’ensemble des produits de la digestion, à travers le sang.

–      Il reçoit les produits de la putréfaction, chargés en substances ammoniaques toxiques.

–      Il neutralise de nombreuses substances toxiques et cancérigènes

Une fois les déchets filtrés par le foie, ils sont éliminés dans la bile. D’où l’importance d’une bonne production et d’un écoulement régulier de bile.

Le foie est en quelque sorte une station d’épuration. Or, s’il est défaillant, il neutralisera moins bien les toxines, qui passeront alors directement dans le sang.

C’est pourquoi lorsque nous nettoyons le foie, les toxines étant libérées dans le sang, nous avons besoin d’un dépuratif sanguin pour parfaire le travail de désintoxication. De plus, comme les toxines du sang vont s’éliminent par les reins, il est important d’ajouter une plante diurétique pour ne pas les surcharger dans leur travail.

Le pissenlit est la plante du foie par excellence qui arrive à point nommé au printemps car il va avoir cette triple action : nettoyer le foie, le sang et enfin faciliter la diurèse… Cholérétique, il augmente la sécrétion de bile. Cholagogue, il facilite l’évacuation de la bile. Ainsi, en plus de nettoyer le foie, le pissenlit stimule la fonction hépato-biliaire.

Alors, examinons de plus près ce pissenlit, Taraxacum officinale, de la famille des astéracées que l’on trouve un peu partout dans les prés et sur les pelouses, en Europe et en Asie occidentale et qui fleurit à partir de mars.

Le mot « pissenlit » vient des propriétés diurétiques de cette plante, connue aussi sous le nom de dent-de-lion, « dandelion » en anglais.

Un peu de botanique : Le pissenlit est une plante vivace à racine pivotante de 10 à 50 cm de haut.

Son feuillage est en en rosette à la base de la plante.

Ses feuilles sont vert jaune, oblongues, profondément dentées ou lobées.

Les fleurs, lorsque se forment les graines, deviennent une boule de duvet blanc que le vent disperse.

Les tiges contiennent un latex.

Vertus médicinales :

Toutes les parties sont utilisées.

La plante entière contient un principe amer, les feuilles des flavonoïdes, le latex des dérivés triterpéniques et la racine des acides, des terpènes et des stérols.

Le pissenlit peut se prendre en tisane ou en extrait hydro-alcoolique.

Les jeunes feuilles riches en vitamines A, C et en manganèse sont utilisées en salade. Elles permettent de combattre la constipation et constituent un savoureux dépuratif pour le foie.

Dépuratif général de l’organisme et désintoxication du foie au printemps

Ce sont les feuilles et la racine qui ont un rôle de dépuratif hépatique. Faire des décoctions des feuilles et des racines pendant 3 à 4 semaines ou prendre pendant 3 semaines 90 gouttes d’extrait hydro-alcoolique de pissenlit dans un litre et demi d’eau à boire au long de la journée.

Verrues/Cors

Le latex contient aussi du chicotin qui serait légèrement vénéneux et pourrait provoquer des tâches brunes sur la peau, mais fait disparaître les verrues et les cors en l’appliquant frais.

Autres utilisations

Le pissenlit est  utile en cas d’insuffisance hépatique, de goutte, de douleurs articulaires, de constipation, de cellulite et d’asthénie.

Autrefois, la racine était torréfiée pour remplacer le café et donnait un colorant magenta (rose). Quant aux fleurs, elles étaient utilisées pour atténuer les tâches de rousseur !

Bonne cure de printemps pour plus de vitalité !

Les commentaires sont fermés.