Les plantes? Oui! Mais sous quelle forme?

Depuis la nuit des temps, l’utilisation des plantes s’est faite par empirisme. La divulgation de leurs vertus se faisaient de bouche à oreille. Encore à l’heure actuelle, la majorité des gens dans le monde utilise les plantes pour leur bien-être.

La France a eu depuis l’époque de Saint-Louis une tradition d’apothicaires, puis d’herboristes, profession qui a cessé d’exister en 1941. Les plantes, que nous avons laissées de côté pendant quelques décennies sont actuellement en train de revenir sur le devant de la scène et c’est tant mieux car leur utilisation est d’une grande aide, tant pour stimuler notre organisme que pour se soigner.

En vendant des produits naturels de santé, je me suis rendue compte que beaucoup de personnes souhaitaient adopter une médecine naturelle mais qu’elles ne savaient pas trop comment, ni par quoi commencer.

Voici sous quelles formes les plantes peuvent être utilisées avec les avantages et les inconvénients de chacune des formes.

Je ne parlerai ici ni de l’homéopathie, ni des gels ou pommades à base de plantes qui bien sûr ont toute leur utilité.

On appelle forme galénique, la forme sous laquelle on peut se procurer les plantes. La galénique (du nom de Galien, médecin grec du 2ème siècle après Jésus-Christ), désigne la façon sous laquelle sont mis en forme les principes actifs et les excipients. Elle correspond à l’aspect physique final.

De façon générale, les plantes peuvent être utilisées sous forme de :
– de plantes sèches ou sous forme de gélules (Herboristerie)
– d’extraits liquides de plantes (Phytohérapie)
– d’essences ou d’huiles essentielles (Aromathérapie)

En fonction de ce qui conviendra le mieux à l’utilisateur et surtout de son besoin spécifique, on pourra choisir une forme galénique ou une autre.

Voici quelques explications sur ces trois formes galéniques :

L’herboristerie

Il s’agit principalement de l’utilisation de plantes sèches en tisanes ou en gélules.

Les Tisanes
Généralement, pour environ une cuillère à soupe de plantes, on met environ 200 ml d’eau. Les tisanes doivent être préparées au moment de l’emploi. Elles ont parfois besoin d’être filtrées. La quantité de tisane recommandée par jour est entre 250 ml et 1,5l max.

Les 2 principales méthodes d’extraction des principes actifs sont :

L’infusion : On fait infuser la plante dans de l’eau bouillante. On couvre et on attend quelques minutes.
La décoction : Les plantes sont ajoutées à de l’eau froide. On chauffe le tout, on porte à ébullition et on laisse bouillir pendant un temps plus ou moins long selon le végétal. On laisse ensuite infuser et on filtre.

Attention à ne pas mélanger liquide et aliments : Trop de liquide durant les repas dilue les sucs gastriques et les rend moins efficaces, car la digestion se fait plus lentement et il y a risque de ballonnements.

Les Contres
L’extraction à l’eau n’apporte qu’une petite partie des principes actifs pour avoir une action rapide et de grande amplitude. La tisane est longue à préparer et nécessite un matériel difficile à transporter.

Les Pours
La tisane constitue une utilisation familiale traditionnelle, offrant un plaisir de partager une boisson agréable en toute convivialité. Elle procure un bon drainage et finit par être active dans le temps si la cure est suivie sur une longue période (Il faut boire au moins 1,5l. de tisane par jour pendant 3 semaines). Si la plante est bien choisie, il n’y a aucun risque de nocivité.

Les Gélules
Les plantes sèches sont réduites en poudre et conditionnées dans des enveloppes végétales. La poudre est libérée dans l’estomac par dissolution de l’enveloppe et se mélange aux aliments et aux liquides. Ce sont les liquides acides de l’estomac qui extraient alors les principes actifs.

Les Contres
Bien que les gélules apportent l’ensemble des principes actifs contenus dans la plante, celle-ci a perdu une partie de ce qui favorisait son assimilation par l’organisme : son eau cellulaire. Beaucoup de principes actifs ne sont dissous ni dans l’estomac ni dans l’intestin ou sont dégradés par l’acidité trop importante de l’estomac.

Les Pours

Les gélules sont appréciées car elles sont faciles à transporter. De plus, leur utilisation peut être discrète. La prise avec de l’eau favorise la réhydratation de la poudre.

La phytothérapie

Il s’agit de l’utilisation de produits liquides obtenus par macération de la plante dans différents solvants (alcool, eau et glycérine). Bien que certaines personnes ne désirent pas de produit contenant de l’alcool, certains principes actifs comme les alcaloïdes, divers héterosides, les glycosides, divers acides… ne peuvent être extraits sans la présence d’alcool. Un produit extrait à l’alcool se révèle donc plus efficace.

L’eau permet d’extraire les tanins, les sels minéraux, les flavonoïdes et les vitamines. Quant à la glycérine, elle permet d’extraire les principes actifs liposolubles, les phénols, les huiles essentielles et les acides restants.

Attirons l’attention sur le fait qu’il est aussi très intéressant d’utiliser des extraits liquides de plantes fraîches parce qu’une plante est composée de matière (ses principes actifs) et d’énergie (son eau cellulaire, spécifique à chaque plante). Lorsque l’on utilise des extraits de plantes sèches, des gélules ou des tisanes, on n’a pas le « totum » de la plante, car il manque son eau, jus qui a été façonné par le vivant et qui favorise une bonne assimilation des principes actifs par l’organisme. Ajoutons aussi que les plantes fraîches cueillies à l’état sauvage sont plus intéressantes que les plantes cultivées (même si elles le sont en agriculture biologique).

Les Extraits Hydro-Alcooliques appelés Teintures Mères en pharmacie

La plante est mise en macération dans de l’eau et de l’alcool pendant 3 semaines. On en prend environ 75 à 90 gouttes par jour pendant 3 semaines.

Les Contres
La teneur en alcool est forte puisqu’elle est comprise entre 45 et 65% d’alcool pur.

Les Pours
La présence de l’alcool permet non seulement l’extraction de la plupart des principes actifs mais aussi la bonne conservation du produit obtenu. La concentration en principes actifs étant forte, ces extraits hydro-alcooliques sont très efficaces.

Il existe d’autres formes d’extraction en phytothérapie selon les laboratoires, avec plus ou moins d’alcool, parfois sans alcool et par l’utilisation d’autres solvants.

Les Macérats glycérinés ou gemmothérapie
La gemmothérapie, anciennement appelée « Médecine des Bourgeons » est une thérapeutique très en vogue à l’heure actuelle. Par extension, cette thérapeutique utilise, en plus des bourgeons, les tissus jeunes des plantes (jeunes pousses, jeunes tiges, radicelles, jeunes écorces) au plus fort de la potentialité de leur développement, c’est-à-dire lorsqu’ils possèdent le maximum de phythormones. Ces tissus sont des concentrés d’énergie  et offrent une grande concentration de principes actifs ayant une suractivité thérapeutique.

La préparation des macérats glycérinés ou macérat-mères se fait par macération de la plante dans deux solvants : alcool et glycérine d’origine végétale à part égale.
On peut utiliser ces macérat-mères, sous forme concentrée (15 à 30 gouttes par jour) pendant 3 semaines ou bien sous forme diluée à 1/10ème (75 à 90 gouttes par jour) pendant 3 semaines.

Les Contres
Le coût de préparation est plus onéreux que celui des extraits hydro-alcooliques et des extraits fluides glycérinés mais il est compensé par leur efficacité.

Les Pours

La présence d’alcool et de glycérine végétale permet l’extraction de la plupart des principes actifs ainsi que leur bonne conservation. Les macérats glycérinés étant moins alcoolisés que les extraits hydro-alcooliques et le nombre de gouttes à prendre (pour les concentrés) étant restreint, ils conviennent ainsi mieux aux enfants et aux personnes âgées.

Aromathérapie, essences et huiles essentielles

Les produits utilisés en aromathérapie sont des produits aromatiques obtenus:
– par expression (uniquement pour les zestes d’agrumes). On parle alors d’essence de citron, d’orange ou de pamplemousse.
– par distillation à la vapeur d’eau dans un alambic. On parle alors d’huiles essentielles.

On utilise les essences et les huiles essentielles soit en massage (diluées dans une huile végétale), soit per os (par la bouche après consultation auprès d’un aromathérapeute), soit en diffusion, soit en inhalation, soit en onction (directement sur la peau).

Les Contres
Les Huiles Essentielles sont très puissantes et certaines d’entre elles dermo-caustiques si elles sont employés pures. Elles doivent donc être utilisées durant des périodes limitées. La plupart des huiles essentielles sont déconseillées aux enfants et aux femmes enceintes.

Les Pours
Les huiles essentielles sont très efficaces, dotées de nombreuses propriétés, notamment antiseptiques, antibactériennes voire antivirales pour certaines. Elles agissent sur de nombreuses fonctions organiques, tant en usage interne qu’externe.

Quoi qu’il arrive toujours demander conseil auprès d’un aromathérapeute avant d’utiliser les huiles essentielles !

Cet article est un hommage à l’enseignement de Claudine Luu, Fondatrice de l’IMDERPLAM (Institut Méditerranéen de Documention, d’Etudes et de Recherches sur les Plantes Médicinales) et PDG du Laboratoire PHYTOFRANCE.

Comments
One Response to “Les plantes? Oui! Mais sous quelle forme?”
  1. Bonjour, ceci est un commentaire.
    Pour supprimer un commentaire, connectez-vous, et affichez les commentaires de cet article. Vous pourrez alors les modifier ou les supprimer.